•  

    Je peux enfin me remettre à la fabrication du musée (de la maison, pour l'instant), je suis vraiment désolée pour l'attente, mais n'ayant pu poursuivre pour mille et une raisons, depuis l'été dernier, je vais essayer d'avancer durant celui-ci.

    j'ai repris les panneaux que j'avais découpés l'année dernière et me suis replongée dans les plans que j'avais également élaborés, histoire de me remettre dans l'ambiance.

     



     

    D'abord, j'ai recouvert les plaques en carton plume de Gesso, recto verso.

     

    Ensuite, j'ai commencé par faire la grande porte-fenêtre qui va mener du double-séjour au jardin d'hiver.

    Rien, n'est encore fini, mais cela m'a surtout servi à définir les dimensions exactes de chacun des éléments qui la constituent (il y en a six au total).

    J'ai continué avec les deux plus grandes fenêtres de l'étage.

     


    Pour avoir un aperçu de la façade, j'ai commencé à préparer le terrain pour la pose des parements…
     


    et celle du crépi qui pour l'instant est gris, en attendant de lui donner sa couleur définitive.

    Et voilà qu'elle chipote pour quelques millimètres… Eh oui, mais si l'arrondi n'était pas bien rond et non pas rond-carré, comme je l'avais dessiné initialement et comme le prouve la flèche qui indique l'ancien tracé… (euh, mais non, je ne vais pas me mettre à chercher à résoudre la quadrature du cercle ; de fameux mathématiciens s'y sont essayés… et pour l'instant le problème reste insoluble, donc… ne compter pas sur moi) ça n'aurait plus ressemblé à mon projet tel que je l'ai créé.

    Quelques millimètres en moins, ça fait déjà une sacrée différence.

     

    À bientôt, ♥ Léa


    votre commentaire
  • Je n'écrirai pas grand-chose, aujourd'hui, pour la simple et bonne raison que je n'ai fait qu'un coussin.


    Enfin, pas tout à fait, j'ai aussi fait un canapé, recouvert d'une housse blanche et un fauteuil cabriolet, mais lui, je le montrerai plus tard.

    Pour l'instant, je vous présente quelques éléments qui s'intègreront probablement dans les prochaines ambiances.

    J'y ai passé un peu de temps, mais je le voulais, ce coussin.
    Un coussin tout fait au crochet et recouvert de roses, comme ceux que je faisais quand j'étais enfant.



     

    Coussin roses

     

    J'ai toujours crocheté (ma grand-mère m'avait appris le crochet et l'on passait des après-midi entiers à faire des vêtements pour mes poupées).

    Rideaux, couvre-lits, coussins, napperons, et même vêtements, le crochet m'a toujours passionnée et beaucoup occupée (principalement durant les longues périodes de vacances scolaires).

     


    Coussin roses - signé

    Après quelques tentatives qui ne me convainquaient pas, je me suis arrêtée à ce coussin blanc parsemé de roses roses. (Et j'en ai commencé un autre… héhé…). Le crochet, c'est comme la broderie, quand on commence, on (je) ne s'(m')arrête plus.


    Belle journée à tous, à bientôt, Léa


    5 commentaires
  • Le jardin d'hiver revêt son ambiance tout doucement.

     

    C'est un vrai bric à brac, mais c'est ce que j'aime, le désordre organisé, en quelque sorte.

     

    Comme vous l'aurez remarqué, il a un peu changé depuis la dernière (ou plutôt la première) fois que je vous l'ai montré.


    Jardin d'hiver - 13 août 2012 (16)
    Jardin d'hiver - 13 août 2012 (3)

    C'est-à-dire qu'il faut un début à tout, et là, j'étais déjà contente d'avoir reussi à reproduire LA bergère que je voulais, à caser LE meuble qui attendait son heure depuis… (peu importe, je n'ai pas envie de compter…), bah, ce sera pour une autre fois, sûrement pour une autre pièce, ou autre maison, bref… je n'avais pas encore fait LE jardin d'hiver tel qu'il devait être.

     

    Jardin d'hiver - 13 août 2012 (8)

    Jardin d'hiver - 13 août 2012 (15)

    Jardin d'hiver - 13 août 2012 (14)

    Jardin d'hiver - 13 août 2012 (10)
     

    J'ai fait un autre meuble, si vous regardez bien, c'est le même modèle que la partie basse du buffet que j'avais créé pour en donner les explications dans mon livre (pages 174 - 177) et pour cause, c'était le prototype, le brouillon du modèle présenté dans la cuisine.


    Comme il était toujours à l'état brut, je l'ai peint, et comme j'hésitais entre le blanc et le bleu, j'ai fait un mix des deux.

    Jardin d'hiver - 13 août 2012 (3)

    La bergère s'est un peu défraîchie, elle est nettement moins pimpante, mais je la préfère ainsi, elle n'a plus de galon (trop blanc) et elle a sa couleur définitive.

    Quant au tissus, il n'a pas bougé, (enfin, quand je dis qu'il n'a pas bougé, oui, c'est vrai, c'est toujours le même, même motif, mêmes couleurs, mais euh, j'ai quand même démonté toute la structure pour la recouvrir d'une autre couche de peinture (pas envie de risquer de faire des tâches sur un imprimé que j'ai mis trois jours à trouver et à créer... ^^), donc, il a quand même un peu voyagé, tout en restant sur les formes qui composent cette bergère, il a dû attendre sagement que la structure soit sèche pour retrouver ses « appartements » « logements ». ^^

    Une petite armoire « métallique » (entièrement faite en papier et peinture) a remplacé le meuble mural en bois qui était provisoire.


    Jardin d'hiver - 13 août 2012 (4)

    Jardin d'hiver - 13 août 2012 (5)
     
    Jardin d'hiver - 13 août 2012 (7)
     
    Jardin d'hiver - 13 août 2012 (11)

    Jardin d'hiver - 13 août 2012 (9)
     
    Jardin d'hiver - 13 août 2012 (6)

     

    Ce qui a changé, aussi, c'est le sol, parce que je crois qu'il valait mieux qu'il soit en bois.

    Il ne reste que le plafond à finir, il sera en lambris et poutres, mais je vais attendre avant de le faire, car je dois d'abord installer le lustre.

    Bien sûr, chaque fleur est fabriquée-maison, presque chaque meuble et objet, aussi... (Sauf le vase en plexi, le cadre ovale et la petite jardinière en tole rouillée.)

    Les roses commencent à faner, en cette saison, mais celles-ci resteront fraîches encore un petit moment.

    Léa


    7 commentaires
  • ♥ Finalement, je ne me suis pas mise tout de suite à l’intérieur de la maison, juste parce qu’une envie irrépressible de réaliser cette bergère m’a envahie.

    Certes, je la gardais bien au chaud dans mes dossiers pour avoir le modèle sous les yeux, le moment venu. Certes, je la regardais très souvent, pour en jauger les difficultés, pour me motiver et me dire que «  oui, j’y arriverai… »…

    Euh, oui, ça coûte rien de se le dire, hein…

    D'ailleurs, je vous présente le modèle qui m'a inspirée   :

    1- bergère gustavian 1900s

     

    Bergère 1900 (11)


    Donc, le moment s’est imposé, et je n’ai pas voulu le contrarier. 

    En fait, lorsque j’ai commencé à couper et à assembler la structure, je trouvais que tout allait très bien, ma technique prenait bien forme (bristol + bois + galon(s)), l’ensemble ressemblait à quelque chose d’à peu près acceptable (je sais, je sais, ma bergère n’est pas en bois, mais je ne sais pas et ne peux pas travailler le bois, je n’ai pas les outils, pas les techniques, je ne veux pas faire de poussière, chez moi… euh, voilà pour les excuses…  alors, je fais comme je sais… ^^)

    Cependant, il manquait un élément très important, le tissu… Je réfléchissais tout en collant, peignant… au tissu que j’allais pouvoir utiliser. Celui avec lequel j’ai fait le premier essai ne me convenait pas, j’étais sûre de ne pas le garder.

    C’était un motif tout fait repris d'un papier peint, puis imprimé, qui, en définitive, ne correspondait pas du tout aux couleurs que je voulais.

    Car je voulais une tonalité bien précise pour cette bergère 1900. Je voulais du framboise écrasée, mais aussi que ce  soit rayé (pour se rapprocher le plus possible du modèle déniché en brocante virtuelle. Lol)…

    C’était impératif, c’était ça et pas autre chose…

     

    Bergère 1900 - Structure (1) Bergère 1900 - Structure (2) Bergère 1900 - Structure (3) Bergère 1900 - Structure (8)

     

    De plus, quand j’ai posé le capitonnage, sur la structure, pour avoir un aperçu, sans rien coller… il y avait quelque chose qui clochait…

    De fait, cette bergère était trop haute (non seulement les pieds étaient un peu trop longs, je leur enlevé 5 millimètres, mais également le dossier était trop haut, je l’ai réduit d’un bon centimètre… et qu’est-ce que je me sentais mieux après… Bah oui, vous allez dire, 0,5 cm par-ci, 1 cm par là, quelle différence ? Comme je le dis souvent, ce sont les petits détails qui font les grandes différences, et ces tous petits millimètres de trop étaient bel et bien… de trop… Voilà, c’est tout.

     

    Fleurs relief Bergère 1900 - Structure (5) Bergère 1900 - Structure (7) Bergère 1900 - Structure (6)

     

    Je trouve, à présent, les proportions beaucoup plus harmonieuses.

     

    Bergère 1900

     

    Et cerise sur le gâteau, j’ai réussi à obtenir ma mon framboise écrasée…  (Hihi…)

    J’ai tout simplement créé l’imprimé de ce tissu, sur un fond uni dont j’ai choisi la teinte, j’ai ajouté les rayures fleuries découpées dans un autre imprimé. Et voilà…

     

    Je tiens à remercier Binouchka pour son idée géniale d’utiliser des mini-moules (pour ongles). Elle avait concocté un tutoriel très astucieux pour créer de jolis pots en terre cuite, pour le calendrier de l’Avent (2011), cliquez le lien pot de fleur pour voir le tutoriel sur son site, dans son monde lilliputien.

    Ces petites fleurs en relief apportent une véritable touche d’authenticité à ses poteries.

    D’habitude, je fais les reliefs de meubles, les nœuds, les fleurs, le feuillage… en papier, mais cette fois j’ai eu envie de tester le mini-moule conseillé par Binouchka. Je dois dire que l’assemblage que j’ai pu faire grâce à ce moule ressemble beaucoup au décor de la bergère qui m’a servi de modèle, et c’est bien pour cela que je l’ai utilisé, j’avais immédiatement vu la ressemblance.

     

    Bergère 1900 (8)
     
     

     

    J’en ai profité pour récupérer un meuble que j’avais fait pour la demeure de charme, en… 1998, avant même d’avoir la structure, je commençais à amasser ce qui allait la remplir peu à peu…

    Il était prévu pour le grand salon du rez-de-chaussée, puis il a enménagé dans le petit boudoir, à côté de la salle à manger… C'est un meuble en kit The House of Miniatures. (Il est donc en bois, il lui manquait un tiroir que j'ai remplacé rapidement… de même quelques poignées sont dépareillées, mais ce n'est pas grave, ce n'est pas prévu pour un château.)

    Comme on ne le voyait pas (il était simplement bien assorti à la pièce, mais complètement caché), je me suis dit qu’il serait très bien dans le jardin d’hiver, pour accueillir les fleurs fraichement coupées et faire office de desserte pour y confectionner de jolis bouquets pour toute la (future) maison.

     

    Bergère 1900 (12) - signé
     
    Bergère 1900 (13)


    De même, j’avais brodé ce petit tapis, à dominante de jaune (à une époque où j’avais davantage de temps pour broder, point par point… je ne sais plus à quelle occasion… il faut dire que j'avais réalisé ce modèle en plusieurs tailles et coloris différents, car il était assez rapide à faire et le design me plaisait bien). Le rose, sous la desserte, est imprimé.

     

    lustre - jardin d'hiver - signé

    Ce lustre bocolique était créé, à l'origine, pour la chambre des enfants de la Villa des Roses, or, la hauteur sous plafond n'étant pas suffisante, dans cette pièce située sous le toit, j'avais renoncé à l'installer.

    Il semble qu'il soit tout à fait approprié au jardin d'hiver, fait de tiges de métal et de roses en papier, il est prévu qu'il puisse s'allumer (je n'ai pas encore pu le tester, je dois d'abord retrouver (dans mon mini-bazar, c'est-à-dire dans la boîte où je range le matériel électrique miniature) les mini-ampoules qui s'adaptent au système que j'ai utilisé).

    Bergère 1900-1

    Jardin d'hiver - Pivoines (2) - signé

    Bergère 1900 (10) - signé

     

    Il va rester à faire le plafond et des finitions de murs, un peu de déco, encore, peut-être l'ajout d'un ou deux meubles et de quelques accessoires…
    À très bientôt…

    Léa ♥


     


    5 commentaires
  •  

    Voilà le jardin d’hiver, indispensable dans un jardin romantique tel que je le conçois.

    Même si le terrain de cette maison n’est pas très grand, le jardin d’hiver est l’extension qui relie l’intérieur douillet et confortable à l’extérieur, la nature et la douceur des fleurs…  


    C’est donc une pièce en plus, dont les larges baies vitrées laisseront entrevoir les jardinets tels des toiles impressionnistes changeantes au fils des saisons…

     

    Le jardin d'hiver est fabriqué avec trois matériaux différents :

    • Le soubassement est en carton plume (de 1 cm d'épaisseur) recouvert de briquettes en bristol ;
    • Le toit est en bristol d'1 mm d'épaisseur, peint et travaillé de manière à imiter une toiture en zinc ;
    • Les baies vitrées et la porte sont faites sur mesures, en bois (tilleul de 1 à 3 mm d'épaisseur, suivant les éléments).
       

      

    Pour faire le treillage, j'ai recoupé des lattes d'environ 2 mm de large dans une planchette de tilleul d'1 mm d'épaisseur.

    Ensuite, il suffit de les assembler suivant un quadrillage défini sur une feuille de papier qui sert de guide.

    Une fois que tout est en place et que la colle est bien sèche, je recoupe les bords pour obtenir un treillage aux dimensions voulues.

    Celui-ci est prévu pour le soubassement, un autre, dont le quadrillage est différent, est adossé contre la façade et devrait accueillir ultérieurement un rosier grimpant.

    J'en ferai probablement d'autres pour d'autres coins du jardin et de la cour.

      

    Tout cela n’est que le début, car à présent, il faudrait (et il va falloir) aménager l’intérieur.

    Comme vous pouvez le voir, tout est vide, seul le sol est défini, c’est une imitation de carreaux de ciment, (un simple papier collé qui va quasiment disparaître sous tapis et mobilier…).

    Cependant, je pense poursuivre avec la construction de la maison, puisque le jardin d’hiver ne peut s’envisager sans la déco intérieur, au moins, des pièces  desquelles il est le prolongement.

    Je vous dis donc à bientôt…


    4 commentaires
  • J’espère que vous n’avez pas pensé que je vous oubliais… Loin de là…

    Je travaille… pour une chose et, ou, une autre, mais je travaille…

     

    J’ai donc quelques photos à vous montrer d’une de ces choses parmi d’autres…

    Vous vous doutez, n’est-ce pas ?

    Eh oui, vous avez raison, je vais vous montrer les premiers éléments de la

    nouvelle maison.

     

     

    C’est aussi l’occasion de vous présenter le matériau avec lequel je vais faire toutes les structures ; le magique et si léger carton plume

    Compte tenu de l’envergure de ce nouveau projet, la légèreté ainsi que la facilité avec laquelle se travaille le carton plume me permettent d’envisager toutes les fantaisies. De plus, l’ensemble sera facilement déplaçable, ce qui n'estpas négligeable…

     

     

    Ici, vous pouvez voir les fondations de la maison principale (dont n"est découpée que la façade, pour l'instant), du jardin d’hiver (à gauche, devant la double porte-fenêtre d'un futur salon), de la cour (en face du jardin d'hiver, devant la porte-fenêtre de la future cuisine) et l’allée centrale (en doite ligne face à la porte d'entrée), des jardinets (de part d'autre de l'allée, en avant-plan) et du musée (à doite, on y entrera par la petite cour).

    Comme vous pouvez le constater, le musée sera logé dans une dépendance, ce sera le petit pavillon de gardien réaménagé en salle d’exposition.
     

     

    Le terrain est clos de murs. Sur la photo de droite, il y a un pilier de trop (au fond à gauche). En réalité, j'ai modifié ce côté, afin de me faciliter la tâche lors de la construction du jardin d'hiver. Il est bien (bien) avancé, mais n’ayant pas eu le temps de trier les photos, je ferai un article rien que pour lui, ces prochains jours.

    À très bientôt,
    Léa


    4 commentaires
  • Mes chers amis,

     

    Voilà déjà cinq mois (et quelques jours… ^^) que je vous annonçais mon nouveau projet, un musée dans une vieille maison entourée de verdure.

    C'est surtout le prétexte à faire une autre maison, car le musée n'occupera qu'une pièce où sera réunie la collection personnelle des propriétaires du lieu…

    Bien sûr, depuis tout ce temps, je n’ai cessé d’y penser, malgré la préparation du SIMP traditionnellement plus qu’absorbante, je dirais même monopolisante, celle-ci ayant duré plus de quatre mois, cette année.

    Ainsi, je réfléchissais… ^^

     

    Et il y a de quoi…

    En réalité, les personnes qui me suivent depuis longtemps savent que je ne concrétise jamais une création avant de savoir très précisément comment je vais m’y prendre (quels volumes, quels styles, quels matériaux, quelles techniques ?…). En quelque sorte, je fais (un peu comme les pilotes de la Patrouille de France, quel rapport me direz-vous ? Attendez, attendez… ^^) d’abord la création dans mon esprit, je visualise, je vois ce qu’il faut faire et surtout ne pas faire… Ce qui a l’avantage d’avoir moins « à faire et à défaire » une fois à la réalisation.

    (Alors ? Et le rapport avec les pilotes de la Patrouille de France ? ─ Bah, ils font pareil… ^^ Ils visualisent leurs figures acrobatiques, au sol, chacun assis sur une chaise, ils font les mouvements et répètent ce qu’ils feront dans le ciel… ─ Et pourquoi qu’elle nous parle de ça ? ─ Euh, c’est le 14 juillet, non ? Alors, voilà, comme  je les ai entendus passer, ce matin,  au-dessus de mon immeuble… puisque ce sont eux qui ouvrent le défilé du 14 juillet, j’ai pensé que je pouvais faire le rapport en ce jour de fête nationale. ;))

    De ce fait, mes cogitations prennent du temps, par exemple, la Demeure de Charme était restée six mois entièrement vide, seule la structure était montée, sans les cloisons intérieures… et pour cause… chaque jour j'imaginais un nouvel agencement, de nouvelles couleurs pour telle ou telle pièce, bref ! Je cogitais… ;)


     

    À présent, je me suis décidée à ressortir les plans et dessins que j’avais faits au moment où je vous ai parlé du projet, c’est-à-dire, début février.

    Voilà, ce que ça donne :

    Les plans intérieurs par étage, pour savoir comment disposer les pièces, leurs dimensions, etc. Et puis… L’extérieur, ah, l’extérieur… Figurez-vous que c’est ce qui me fait cogiter le plus… J’ai des idées bien précises, je sais exactement ce que je veux, je le vois, je le vois très bien, oui, oui… Ah ça, oui… Mais comment le faire ?

    J’y réfléchis donc toujours… Restent quelques techniques à peaufiner, quelques idées à mieux visualiser.

    En attendant la suite, je vous souhaite une bonne fin de semaine et un bon dimanche.

    À bientôt, Léa


    4 commentaires
  • Bonjour, 

    Je vous présente, comme promis, ma nouvelle maison, elle va abriter un musée, ce sera un musée de poupées (et maisons de poupées).

    Je souhaite y réunir toutes mes collections de poupées, des imitations de Bru, Jumeau, en passant par les parisiennes, et ce qui s'y rapporte (reproduire quelques unes de mes poupées de collection, mais aussi en créer d'autres).

    Ce ne sera pas un magasin de jouets anciens, ce que j'ai déjà fait en reproduisant mon magasin parisien au 1/12ème (ou des vitrines sur ce thème comme celle-ci), mais bien un musée consacré aux poupées anciennes et dérivés, comme les incontournables ours qui les accompagnent la plupart du temps chez les collectionneurs.

    Bien sûr, les maisons de poupées, les boutiques et autres créations au 1/144 devraient rejoindre la pièce consacrée à cette salle d'exposition, qui se situera au rez-de-chaussée de la maison.

    Question couleurs et matériaux, je pense à un crépi beige rosé et des volets vert de gris (sans que ce soit encore arrêté, là encore, ce sera la maison qui décidera, eh oui, ce sont les murs qui imposent leur loi...), détails de briques rouges, parements de pierre, lucarne en bois, ardoises ou autres (je n'ai rien déterminé pour le toit, encore) devraient être les matériaux principaux, pour la façade.


    Devant la baie vitrée du salon, il y aurait une petite verrière, en briques et fer forgé (si je parviens à la faire, bien qu'ayant déjà une idée de la procédure de fabrication, il n'y a qu'à mettre en pratique, en fait... sauf que, je ne sais pas si ça va fonctionner, mais bon, on (vous et moi) le saura bien assez tôt) et deux salons en enfilade, qui donneraient sur cette verrière.

    Vu de l'intérieur, ça donnerait une perspective de trois pièces (la verrière étant considérée comme une pièce, ce serait un petit jardin d'hiver, en somme) et après cette enfilade, nous aurions vue sur un bout de verdure, un jardin
     

    Ce serait une maison ancienne, fin XIXè, restée dans son jus et dans son petit écrin de verdure, en banlieue parisienne, et dont les propriétaires se seraient attachés à conserver les détails et ambiances d'origine, en y apportant quelques touches contemporaines.


    Devant la partie de droite, il y aurait une petite cour pavée, fleurie (avec des pots, principalement) où les visiteurs du musée pourraient s'arrêter prendre un thé, un petit gâteau, bavarder de leur passion commune, les poupées... bien sûr. :)

    Et devant tout ça, il y aurait un jardinet « planté », tel un petit jardin de curé ou à l'anglaise, comme chez Marie-Antoinette, clos de murs, avec une grille d'entrée (et des piliers en pierre) et une allée...

    Sur l'ébauche, pour l'instant, je n'ai pas représenté l'extérieur, ni la verrière  (ce sera la surprise, à découvrir au fur et à mesure des articles).

    Dans l'absolu, elle devrait avoir 8 pièces du rez-de-chaussée au grenier, sans compter le hall d'entrée et les dégagements aux étages.

    Le musée va prendre place au rez-de chaussée (un peu comme chez la fleuriste, le magasin se trouvant au rez-de chaussée de sa maison) derrière l'entrée et la cuisine (lorsque la structure prendra forme en 3D, ce sera plus « parlant », vous verrez...).

    Pour l'instant, ce qui m'occupe le plus, est l'aménagement du jardin... Je le voudrais romantique à l'image de celui du Musée de la Vie Romantique (dont je vous parlais l'année dernière lorsque je commençais une nouvelle pièce pour le château, inspirée par le salon de George Sand, que l'on peut visiter dans ce charmant musée).

    Cette nouvelle création est inspirée, en partie, par le Musée de la Vie Romantique à Paris, c'est une belle demeure entourée de verdure et, bien sûr, par le Musée de la Poupée à Paris, où l'on peut découvrir des pièces de collection admirables.

    Voilà, les présentations sont faites, j'espère que vous aimerez ce nouveau projet, la suite va consister à la coupe et au montage de la structure, je vous en dirai  davantage bientôt.

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique