•  
    Comme chaque année je photographie mes sapins de Noël, le petit qui est bien grand pour un petit, il ferait 3 m en réalité, et le grand qui fait presque la même taille que le petit en taille réelle… (z'avez compris ? ^^), et j'ai enfin réussi à finir… (avec deux semaines de retard, mais tout de même…).

    Vous pouvez voir le « grand », ICI et le  « petit », tout au long de cet article.

    Évidemment je pense souvent à vous, la surcharge de travail n'empêchant pas l'esprit de vagabonder…

    Je vous laisse regarder les photos, j'espère que vous allez passer de très bonnes fêtes, où que vous soyez.

     

     




    Cette année, entre le rose et le bleu,   je n'ai pas choisi, et comme je fais toujours le petit sapin comme le grand, il n'y avait même pas besoin de réfléchir. (Pour tout dire, c'est le petit qui a déterminé le grand, cette fois… puisque c'est lui qui a été fait le premier.)
     


     


     

     

    J'ai réaménagé une pièce du château français, car n'ayant pas pu commencer l'intérieur de la maison qui abritera le futur musée de poupées (ces derniers mois, mes prévisions ont été bousculées), il me fallait un endroit « inédit » pour passer ces fêtes de fin d'année avec vous.

    Bien sûr, vous y retrouverez mes objets préférés, faciles à reconnaître, puisque les poupées, les ours, et la vie romantique sont toujours au cœur de mes créations… Chaque année, c'est comme une continuité dans le renouveau.
    On peut distinguer, çà et là des petites nouveautés et comme dans toute maison des éléments qui font partie de l'histoire des lieux et de leurs habitants.



    Je vous disais (dans l'autre article) que je m'y retrouvais difficilement en triant mes photos, car sur les vignettes je ne savais plus très bien où j'étais… J'ai tout de même mis deux jours à m'en sortir…
     
    Là, on est bien dans mon « chez-moi », aussi… mais dans celui en taille réduite…
     
     
     
     
     


     
     

    Bien sûr, la mamie de la maison (que vous connaissez déjà, et qui porte bien son prénom, Noëlle), en a profité pour gâter sa petite-fille qui n'attendait que ça…


    Eh oui, je m'y étais prise un peu en avance… Noël en mai, pourquoi pas, après tout ? Ce n'était qu'un prélude dans
    la pièce du Musée de la Vie Romantique consacrée à George Sand que je venais de mettre en œuvre.
    Aujourd'hui, elles sont dans un nouveau salon (éphémère) créé pour l'ambiance de Noël 2012. Il y a beaucoup plus de jouets, mais si vous regardez attentivement, vous verrez bien des petites touches de rappels  de George Sand, toujours là.

     

    J'habille les personnages qui sont très simples au départ et facilement   relookables  . On peut les retrouver dans le magasin Dentelles et Ribambelles ou dans la boutique en ligne.


     

     

     

     

    Et comme les friandises et surtout les petits gâteaux ne doivent et ne vont pas manquer, voici sur la table les œuvres de deux mini-patissières que j'apprécie tout particulièrement.
    La boîte, en métal véritable, remplie de petits-fours est de Betty Sartorio, vous pouvez retrouver toutes ses créations sucrées et salés dans son
    Palais Délicieux, le bien nommé.

     

     

    Dans le plateau, la coupelle et le sachet en cellophane, ce sont les gâteaux et chocolats de MiniVale, ils sont visibles dans sa Boutikamini.
    Que du beau, que du bon…

     

    Soyez heureux en cette belle nuit de Noël. Léa



    votre commentaire
  • Bonjour,

    La pièce romantique commençant à prendre forme, comme je le laissais supposer dans les précédents articles lui étant consacrés, ceux-là ne vous montraient que les débuts, la suite… c'est maintenant !

    Eh oui, je n'allais pas laisser cette pièce de ce jaune éclatant et aux boiseries impeccables très lontemps profiter de son tout nouveau statut de pièce fraîchement repeinte (en l'occurence, tendue de tissu… également). Bref ! Non non, vous me connaissez ^^ ! Alors bien sûr, j'ai procédé à un petit défraîchissement maison, histoire de retrouver mon chez-moi ^^ (en miniature bien-sûr, puisque je n'ai toujours pas l'intention de faire la réplique exacte de la pièce du musée).

    Au passage, le miroir est piqué à souhait… J'y tenais, car j'ai commencé à trouver le moyen de parvenir à ce résultat, à la fin de l'été dernier, début septembre pour être précise, lorsque je me disais (oui je me le disais, mais n'avais pas bien à cœur de le  concrétiser…) que je ferais bien une pièce abandonnée au dernier étage de la Maison des Anges, du fait que cette pièce peut s'y prêter étant mansardée…

    J'ai, dès lors, commencé sans trop savoir où aller d'ailleurs, en fait je n'avais que deux éléments précis en tête, un bouquet de roses fânées et séchées, et un miroir piqué et poussiéreux symboles des années qui sont passées, du temps suspendu, et plus une âme qui vive dans cette pièce… (j'ai déjà fait le petit dégagement qui se trouve derrière la porte ouvrant dans cette chambre, j'ai également fait le fameux miroir piqué, mais… en me mettant à faire les roses fânées, le résultat ne me convaincant pas, je me suis reportée sur un bouquet de roses anciennes plus traditionnelles pour une autre ambiance finalement. Cette chambre est restée en latence, cela dit j'y reviendrai plus tard)…


    Donc voilà ce que donne à présent cette pièce romantique, reflet du passé…

    Elle n'est bien sûr pas finie, et là encore, ce n'est qu'un aperçu des tons et du style, quant aux objets et à leur emplacement, ça pourrait être encore différent à l'avenir, vu que tout n'est pas créé pour finir cette déco, il manque notemment :

    Deux fenêtres ;
    − La finition des deux autres murs ;
    − Les rideaux
    ;
    − Le revêtement de sol et sûrement un autre tapis ;
    − Un prie-Dieu (en cours de réalisation) ;
    − Un sofa (dont j'ai fait les plans, mais je cherche encore la tapisserie qui va lui convenir) ;
    − Un petit guéridon hexagonal ;
    − Une commode tombeau de style Louis XV (qui est commencée, que l'on peut apercevoir sur certaines photos, mais que je dois peaufiner, notamment son plateau en imitation marbre) ;

    − Et puis d'autres choses que je vous ferai découvrir au fur et à mesure !
    À bientôt, et belle journée !


    3 commentaires
  • Voici, comme promis, les débuts de la nouvelle pièce, cette fois-ci côté déco.

    Pour mémoire, vous pouvez revoir l'inspiration venue du 
    Musée de la Vie Romantique.

     


     

    Le portrait qui se trouve entre les deux fenêtres est introuvable sur Internet ou alors j'ai très mal cherché, et pourtant j'ai cherché pendant trois jours… J'ai cherché les autres aussi par déduction car je n'ai aucun renseignement concernant cette pièce.
    J'ai appris que c'est le bureau du Maréchal de Saxe arrière-grand-père de George Sand, (il est représenté, en armure, sur le grand portrait posé sur le chevalet) et donc j'ai cherché dans cette famille, et découvert que le grand portrait à droite est celui de sa grand-mère, Marie-Aurore de Saxe fille du Maréchal  et à gauche, je pense… (car je ne le distingue pas très bien sur les images) que c'est le grand-père Charles Louis Claude Dupin de Francueil (dans le doute, c'est lui que j'ai reproduit, je trouvais que c'était logique) avec lequel la dame s'est remariée et conçu le père de George Sand, Maurice Dupin (attention, le fils de George Sand s'appelle aussi Maurice ...)
     

    Pour en revenir au portrait entre les deux fenêtres, j'ai eu un mal fou à savoir qui était cette

     

    femme, je me disais bien que ça ne pouvait être que quelqu'un de la famille ^^ (toujours dans la logique de cette

    pièce, et puis… un petit détours vers Nohan, me l'a confirmé, car j'ai retrouvé tous ces portraits dans le salon que George Sand appelait « ma galerie de portraits », ci-contre, et voilà, la boucle était ainsi bouclée...)

    J'ai pu mettre un nom sur cette jolie dame, (peut-être…) en réalité je n'en suis pas à 100% sûre n'ayant pas retrouvé le même tableau… mais, il pourrait s'agir eh bien maintenant, grâce à Isabelle (voir les commentaires sous cet article) je peux affirmer qu'il s'agit bien de la comtesse Aurore de Kœnigsmark. Si j'en ai l'occasion, j'irai demander confirmation au Musée.

    Et si cela vous dit, voici un rapide aperçu de l'ascendance de George Sand.
    Maurice de Saxe (arrière grand-père) (1696-1750) est le fils adultérin de Aurore, comtesse de Kœnigsmark, et de Frédéric-Auguste de Saxe (1670-1733).
    Il se marie à Marie Geneviève Rinteau (1730-1775) dite « Mademoiselle de Verrières ».
    > De cette union naît une fille naturelle Marie-Aurore de Saxe (grand-mère) (1748-1821)
    mariée (en second mariage) avec Charles Louis Dupin de Francueil (1716-1780) (dont c'est également un second mariage).
    > De cette union naît un garçon Maurice Dupin (père) (1778-1808) qui se marie à Victoire Delaborde (1773-1837) avec laquelle il a une fille Aurore Dupin, baronne Dudevant (1804-1876) dite George Sand.
     
    (Ouf...!
     
    Même si au départ je n'avais pas l'intention d'insérer dans cette pièce les éléments d'époque, les recherches m'ont tellement captivée que même symboliquement, même si plus tard je changerai (peut-être) les tableaux, je trouvais intéressant de présenter ce bureau tel que j'ai pu le reconstituer (en partie cependant, car je n'ai malheureusement pas pu retrouver toutes les gravures). Il y a, néanmoins, un dessin de la Marre au Diable de Maurice, son fils, et j'ai ajouté un dessin représentant Solange et Maurice, ses deux enfants (sur la cheminée), ainsi que des portraits de sa mère, de son père, de Chopin (tout cela en libre interprétation et comme j'imagine George Sand les installer elle-même ^^).
     
     
    Non mais, c'est fou, dans cette famille, (presque) tous les hommes s'appellent Maurice et les femmes Aurore (ah làlà, ça ne m'a pas aidée… mais je crois que maintenant je peux me recycler, dans la généalogie… après avoir réussi à démêler cet imbroglio de fils et filles naturels, adultérins, les remariages, les mêmes prénoms, enfin… bref ! S'il y a une erreur ou deux, je vous prie de m'en excuser par avance (et surtout de me les signaler le cas échéant) 
     
    Sur ce, dans cette pièce en dehors des recherches sur les tableaux, j'ai commencé la déco, mais je n'ai pas encore trouvé le revêtement de sol (je crois que je vais devoir faire un imprimé sur tissu, et le créer de toute pièce) en attendant j'ai mis un canson du même rose (de fond) avec un tapis brodé (d'après un kit de Geneviève) dans les mêmes tons…
     
    Pour ce qui concerne les murs, séance de zénitude assurée avec la pose du liseret en arrêtes de coins, bordures de plafond et soubassement… C'est tout juste si je respirai le temps de pose… C'est dire s'il a fallu m'y reprendre en un certain nombre de fois… Mais, j'avais décidé que ça devait être droit (^^)… Donc j'ai réuni toute ma motivation intérieure, bien calé ma respiration… n'ai pensé à rien d'autre (difficile… mais bon…) et ne vivais plus qu'au millimètre près, chacun d'eux recouvert constituant « petit à petit » une victoire sur la force des éléments (faut dire qu'avec un galon de même pas 2 mm de large qui n'en fait qu'à sa tête une fois qu'il est plein de colle et qu'il ne faut absolument pas qu'il touche le tissu ailleurs que où il doit se placer (sinon ça tache)… bah… (je vous laisse imaginer !).

    10 commentaires
  • Tableau de Vuillard

    Licence Creative Commons
    Écrans pare-feu de Christine-Léa Frisoni est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.
    Basé(e) sur une oeuvre à www.atelier-de-lea.fr.

    Bonjour !

    Il y a un peu moins d'un mois, je vous parlais d'un retour de brocante où j'avais vu quelques raretés, parmi celles-ci des objets très difficilement trouvables sur Internet…

    Mais…
    J'avais fini par trouver une image où on peut voir exactement ce qui avait attiré mon regard sur un très beau stand (présentant exclusivement des meubles et objets d'époque Napoléon III, dont un prie-dieu que j'ai remarqué aussi en sortant du stand).



    En cliquant la vignette ci-contre vous en aurez un aperçu :

    Au départ, je pensais que ces objets très délicats, étaient des éventails. 
    Les manches sont, en bois tourné, longs et fins, l'écran est généralement en carton bouilli, (en tout cas c'est comme cela que la personne du stand me les avait décrits), et sont incrustés de nacre dans des tons pastel, ce sont de véritables bijoux !
    Par ailleurs ils vont toujours par paire. Ils sont ultra légers.


    J'ai eu très envie de les reproduire, le plus dur étant de restituer la « fragilité » des manches en bois tourné, sachant qu'au 1/12è ils ne devaient pas excéder (pour être crédibles) 1,5 mm de large…

    J'ai opté pour une tige en fil de fer fin et du papier, le tout étant peint en noir, en somme ces deux écrans sont quasi tout en papier (sauf les pompons ^^)... (dimensions totales d'un écran : 3,8(L) x 2,2(l) cm).
    Le prochain article sera consacré aux débuts de la nouvelle pièceJe vous souhaite une très belle journée, en attendant !  ♥ Léa
     

    3 commentaires
  • Bon, alors là, je fatigue...
    Je préfère faire un article, et je poursuivrai demain. De toute façon, je ne fais que des bêtises, alors…
     
    Commençons par le commencement;
    Comme vous le savez, j'ai débuté une nouvelle pièce pour le château.
    Pour vous la situer (car comme vous le savez aussi, ce bâtiment évolue par modules (– comme un blog – ^^) non, mais sérieusement (euh...j'étais sérieuse aussi quand je faisais allusion aux modules de blog, mais, on va dire que c'était juste hors sujet… c'est que le mot m'a fait dévier… enfin, au point où j'en suis, mais vous allez comprendre après...), donc, sérieusement (si l'on peut dire…) ne pouvant pas caser une structure de près d'1,80 m de long sur 65 cm de large et... en hauteur, ça devrait faire autour de 1,25 m, pour 3 niveaux, j'ai décidé de faire cette maison pièce par pièce chacune étant indépendante.
     
    J'espère (ouiii, bah, j'espère quoi ^^) que je pourrai un jour (qui sait ?) assembler toutes ces pièces afin qu'elles puissent reconstituer la maison en entier, avec la façade et tout… et tout…
    Bon, en attendant, ce jour ^^, je vais vous expliquer où se trouve cette nouvelle pièce.
     
    Si l'on reprend du début, je vais vous montrer où se trouve cette pièce, pour cela il faut se remémorer l'ébauche que j'avais faite du projet :
    Actuellement, 4 pièces sont finies :
    ─ le grand salon baroque (en r-d-c dans l'aile gauche) ;
    ─ le petit boudoir (au r-d-c à gauche quand on entre dans le château par la porte centrale) ;
    ─ le salon de musique (à l'arrière du petit boudoir, en prolongement, le tout étant contigü au grand salon et réunis par deux double-portes) ;
     
    ─ la cuisine (au r-d-c dans l'aile gauche) ;
     
    La nouvelle pièce se situe au 1er étage, au-dessus du salon de musique. Il y aura une autre pièce devant, au dessus du petit boudoir.

    Je voulais faire celle qui m'a incitée à acheter le livre / inspiration en mai 2004, mais son agencement ne convient pas avec l'ouverture de séparation qu'il doit y avoir entre les deux pièces… donc, je la ferai à côté et non pas devant.

    Cela me permet de ne pas créer de porte dans cette nouvelle pièce, car on y entrera par celle qui se situera devant.
     
    Les deux fenêtres que l'on voit en fond, sont sur la façade arrière du château (tout comme les fenêtres que l'on voit en fond des autres pièces…).
    La façade (ce que vous voyez sur le dessin, ci-dessus) ne sera faite que lorsque toutes les pièces seront créées, afin d'ajuster les dimensions exactes…
     
    Pour ce qui est de la cuisine, au fond se trouve une porte qui donne sur un dégagement (non encore réalisé), lequel est accessible par l'entrée principale, je diffuserai des plans ultérieurement, par niveau, pour mieux les visualiser.
     
    Pour en revenir à la création de cette nouvelle pièce, j'ai fait quelques photos, de la découpe et du montage...

    Sauf que, entre les premières photos et le résultat, j'ai changé d'avis (bon et je ne vais pas tout redire du pourquoi j'ai changé, parce qu'au départ je n'avais pas prévu la pièce au bon endroit, donc les fenêtres n'étaient pas bien placées, je pensais également faire 2 pièces une à côté de l'autre.… mais ça n'allait pas… pour plein de raisons… il a fallu revoir tout du départ, et puis… j'arrête là, parce que je vais vous en faire un roman sans intérêt vu que tout a changé et que c'est le résultat final qui compte ^^ !).

     
    Vous aurez remarqué que je suis obligée de travailler par terre pour faire des découpes sur des grandes plaques… (et j'ai une table à repasser achetée exprès pour me servir de table d'appoint… pratique ! car elle se plie et peut se ranger derrière un double-rideau par exemple, ni vue ni connue, une fois que mon salon reprend son « air normal » ^^).

    Comme j'ai tout refait, j'ai également créé les épaisseurs de murs et le manteau de cheminée pour essayez de coller au mieux avec l'agencement original, toujours installée par terre (mon dos ne me dit pas merci o_O, mais bon...)...

    Et puis grand bien m'a pris de vouloir commencer le soubassement (même s'il est prévu de le poser après la mise en place du revêtement mural, mais là encore, si je vous explique mon cheminement de mise en œuvre, on n'est pas couché… et là j'avoue que… bon…).

    Pour faire rapide, je voulais avoir un aperçu du fameux soubassement celui-ci étant constitué de moulures en bois et d'une plainthe imitation marbre… Voilà que je commence, découpes, collage, peinture(s), etc.

    Héhé, mais j'ai tellement bien commencé que je me suis trompée, et voilà pourquoi je disais (au début hihi…)  que je fatiguais, faisais des bêtises et n'étais pas à un hors-sujet près… Là, pour le coup, mon soubassement, je vais devoir le refaire…^^ (en fait je l'ai fait en regardant l'image / modèle, et je n'ai plus pensé que je devais mesurer le morceau de mur où il devait aller (rÔh…!).

    Sur ce je vais vous souhaiter une belle journée, et bien sûr, je poursuis mes travaux dès que j'ai les esprits plus clairs À bientôt, et merci d'avoir lu un pavé pareil ! ♥ Léa

     
     

    9 commentaires

  • Bonjour,

    La nouvelle pièce avance, (j'ai les couleurs, les matières et l'agencement, plus ou moins), mais... avant, je n'ai pas pu m'empêcher de faire un petit intermède (sachant que ce sera sûrement un des éléments de la pièce suivante ou encore suivante, je ne sais pas trop encore –, donc rien à voir avec celle que je cogite actuellementmais… il ne fallait pas que j'attende pour le faire, parce que c'était maintenant et pas après… ^^ bref !).
    Ci-contre, le modèle qui m'a inspirée, je ne sais pas trop de quand il date, certainement de la fin du XIXe, les spécialistes pourront me confirmer (je sais qu'il y en a dans la salle :)), mais, je l'ai trouvé tellement beau, que j'ai voulu tout de suite me mettre à le reproduire.

    Non sans difficulté cela dit ! Car après quelques essais infructueux de roues (que je vous épargnerai… O_o) j'ai préféré récupérer celles d'un autre que j'avais sous la main, dans
    la Demeure de Charme, il y a une collectionneuse de landau et de jouets à l'ancienne et, je n'ai eu que l'embarras du choix pour choisir les roues qui conviennent… en attendant soit de prendre le temps de les refaire, soit de trouver des pièces détachées qui correspondent au style.

    De même, la capote étant articulable, je n'ai pas eu de souci pour ça, mais… je n'aime pas ce qui sert de
    « je n'sais pas comment ça s'appelle » (autrement dit, les pièces en métal de part et d'autre qui permettent de maintenir la capote dans une position voulue…) je les ai faites de manière très symbolique avec du fil de fer, mais ce n'est pas très beau, surtout pas réaliste, donc dès que je trouve ce qui pourrait remplacer, je modifierai vite cela… Je n'allais quand même pas dépieuter entièrement un autre landeau pour tout récupérer, le but était de tout fabriquer au maximum, d'ailleurs il est tout en papier, bristol fin et bristol 1 mm, fil de fer et tissus pour le capitonnage intérieur et la capote.

    Pour les photos je l'ai mis en situation dans la chambre mansardée de la collectionneuse de jouets à l'ancienne de la Demeure de Charme.
    J'espère qu'il prendra sa place définitive très bientôt.

    onc, en attendant, il manque un landau à cette collectionneuse, mais


    8 commentaires

  • Le printemps est bien là, pour un dimanche ensoleillé, en peinture
    Bien sûr, ce n'est pas encore le lieu idéal pour la malette et le chevalet… mais, après tout, du haut de Montmartre, ça reste dans les tons (si je puis dire…).

    La vue a de quoi inspirer, alors, j'en ai profité.

    J'ai fait une malette de peintre en bois (3(L) X 2(l) cm)  et un chevalet de table en bois
    (plein de peinture).
    Les tubes d'1 cm de long
    (le bouchon est compris dans la dimension hors-tout du tube)
    sont faits avec du véritable papier d'étain.

    Dans une pièce dédiée à l'art romantique, la peinture se devait d'être présente.

    Je vous s♥uhaite
    un
    merveilleux printemps


    3 commentaires
  • Et comme j'écoutais ce morceau de Chopin en vous concoctant ce petit article, je me suis dit que j'allais vous en faire profiter…
    Et puis Chopin, c'est tout un univers, toute une histoire, le romantisme à l'état pur… Il rencontre George Sand en 1836 et ils vivront ensemble de 1838 à 1847, cela cprrespond avec le début de la période que je traite dans les nouvelles pièces du château.
     
    À ce propos, (celui de George Sand, figure emblématique de mon inspiration, La Maison de Famille lui étant en grande partie dédiée ainsi qu'à son alter ego et autre enfant du siècle Alfred de Musset), un nouveau film va sortir racontant la vie de ses deux enfants-là… j'ai hâte de le voir…

    Après la version de Diane Kurys que j'avais beaucoup appréciée avec Juliette Binoche, sublime de beauté, et Benoît Magimel, lyrique à souhait, c'est au tour de la réalisatrice Sylvie Verheyde de mettre en scène Charlotte Gainsbourg et Pete Doherty dans l'incarnation de ces personnages mythiques et romantiques.
    Et voilà que j'ai encore un peu dévié du sujet initial, mais bon… la passion se contrôle mal parfois…^^ Si j'en ai l'occasion, je vous en reparlerai lorsque le film sera sorti, ou quand je l'aurai vu.

    Ah, mais, au fait… je crois que j'avais quelque chose à vous montrer…

    C'est une petite malle en bois noirci, décorée de roses défaichies, elle recueille les beaux souvenirs, et ce que l'on n'oublie pas… En attendant de la remplir j'ai profité d'une belle lumière pour la prendre en photo avec un petit coussin brodé et quelques rappels de la dernière brocante.


    4 commentaires


  • Isabelle Adjani dans Adèle H

    C'est d'ici que je vous écris…

    Et pour cela j'ai confectionné un petit encrier.
    Et pour poser l'encrier, une petite table
    (elle est usée, c'est normale, elle est censée avoir été récupérée dans un bric à brac et a sûrement traversé des années… pas toujours bien préservée…)

    Ce n'est pas très précieux,
    juste un peu pour les yeux quand on regarde l'inspiration :


    J'ai fait plus... simple. ;)

    L'encrier (0,5 x 1,2 x 2,2 cm pour le « corps », il faut lui rajouter 0,4 pour les contenants + 0,2 pour les pieds, afin d'obtenir les dimensions hors-tout) est fabriqué tout en papier (à l'exception des deux contenants en cristal, et des poignées en métal). Il est décoré avec des effets de peinture pour obtenir le « rouge et or » de l'original.


    Le chapeau est en paille noire, cousue « en rond », et la rose est faite comme toutes les autres, en suivant la méthode que je donne dans mon livre (page 186). Belle journée !  ♥ Léa

     

    4 commentaires
  • Bonjour, 
    J'ai fait beaucoup de choses ces derniers jours, et j'attendais avec impatience de pouvoir me consacrer à ce que j'ai envie de faire maintenant.

    En fait, j'ai beaucoup hésité (j'ai eu le temps de réfléchir, vu que je pouvais y réfléchir en même temps que je faisais autre chose…) mais, pour finir, je vais être « raisonnable » (mmh…)…

    Bon, je vous explique…

    Je vais reprendre un thème que j'ai déjà abordé ici (voir la chambre verte et son salon vénitien inspiré par la fin du XIXè siècle, avec des touches Napoléon III, meubles laqués et frises de roses sur fond noir).

     
    ou , (voir la salle à manger et le boudoir, qui,
    d'ailleurs ont été rélookés sur ces photos, j'ai retrouvé les photos papier que je publierai prochainement de la première version de ces deux pièces)
    sans vraiment développer, et sans faire encore ce que j'imagine vraiment…
    C'est à dire que je n'avais pas la structure qui allait avec le style de ce que je voulais faire…
    Donc, aujourd'hui, je me suis reposée cette question, de faire une nouvelle maison inspirée par une architecture très caractéristique d'une époque… (si vous restez encore un peu, je vais arriver au but ;), mais sans un minimum d'explications, c'est difficile de présenter un projet).
    ♥♥♥

    Mais alors là, niveau place, ça devient ingérable, alors en définitive, je vais faire ce que j'ai prévu, mais dans le cadre du château et pour l'instant, j'imagine deux nouvelles pieces. (Je n'ai pas fini la Maison des Anges, mais je suis un peu lassée du style Shabby… que j'ai retourné dans tous les sens depuis très longtemps… enfin, pour le moment ^^, donc, je la finirai plus tard, il me reste une pièce à faire et des finitions sur la façade).
    Mais comme je ne fais jamais d'ambiance d'époque, c'est à dire purement historique, mais des intérieurs habités aujourd'hui, ces nouvelles pièces seront très influencées par différentes tendances, sans être de purs styles, tout en restant dans la même mouvance, le milieu du XIXè siècle s'étendant jusque vers 1880 en Europe.

    L'esprit victorien
    Par esprit victorien, vous allez le dire, on peut entendre tout et n'importe quoi, car en effet, il n'y a pas un style victorien, mais plusieurs
    On a coutume de mettre un terme générique sur le règne de la reine Victoria, or reine à 18 ans, elle fut la seule femme à gouverner si longtemps en Europe. De ce fait elle connut plusieurs périodes et tous les changements de la vie politique européenne, les bouleversements sociaux, les révolutions en tous genres… entre 1837 et 1901.

    Seule héritière du trône d'Angleterre, belle, intelligente et indépendante, elle perdit son mari trop tôt (dont elle était très amoureuse, ce qui était très rare lors de mariages de convention…).
    Bref ! elle est une source intarissable d'inspirations et un symbole de charme et de raffinement anglais.
     
    L'esprit Napoléon III 
    Pour l'anecdote, lorsque Charles Garnier  présenta les plans et le projet de l'Opéra de Paris à Eugénie, un peu déçue que son ami Viollet-le-Duc soit éliminé du concours pour ce nouvel Opéra, elle dit :
    « Mais, ce n'est ni du Louis XVI, ni du Louis XV, quel est donc ce  style ? »
    Il aurait répondu :
    « Ces styles sont dépassés, à présent, ceci est le style Napoléon III ! »
     
    L'ambiance de Gustave Flaubert   et sa célèbre Madame Bovary, dont je ne vais retenir que l'aspect romantique…
     
    ♥♥♥
     
    En résumé (eh oui, vous l'attendiez, je sais… ^^), ces pièces seront les reflets d'une époque romantique pleine d'inovations artistiques en tous genres, dédiées à l'art, la mode, et tout ce qui fait le charme de cette décoration hétéroclite, d'ailleurs on y trouvait beaucoup d'influence Louis XV, en plus exhubérante, je ferai plus soft je pense… c'est-à- dire en évitant certaines dorures et fioritures, mais en axant davantage sur les couleurs et les ambiances feutrées. 
     

    Le château étant fait de modules « empilables » cela me facilite grandement le rangement, et j'ai l'espoir, un jour, de pouvoir l'assembler entièrement…
    Pour l'instant, j'ai commencé, pour ces nouvelles pièces, quelques bricoles, un paravent typique de cette période, un bouquet de roses anciennes, dans un camaïeu de rouge et un duo de coussins.
    Comme les pièces ne sont pas encore montées, j'ai fait les photos sur un coin de table, juste pour faire cet article aujourd'hui.

     

      

     

    Je vous souhaite un très beau dimanche, plein de soleil, comme ici !  ♥ Léa

    3 commentaires
  • Cette année Noël s'organise dans Le Petit Boudoir du Château, c'est la seule pièce, pour l'instant, qui n'avait pas reçu Sa Majesté le Sapin...
    (Il faut dire qu'il n'y a pas beaucoup de pièces habitables dans mon château, mais...)

    Bien sûr comme la propriétaire des lieux a un petit faible pour les poupées et les ours, chaque année différents, ils viennent agrandir la collection…

    Ah oui j'oubliais, il y a aussi le « p'tit pot d'colle » qui s'est incrusté sur les photos, j'ai pas pu l'éviter, il est toujours dans mes « pattes »...

    Les macarons sont créés par Betty Sartorio (elle n'a pas de site pour l'instant, mais on peut (il faut…) la rencontrer lors des principaux salons parisiens).

     


    <script type=text/javascript src="http://www.schillmania.com/projects/snowstorm/snowstorm.js"></script>

    13 commentaires
  • Noël se prépare au château. Un Noël différent des autres, mais les présences en pensées, malgré tout, des êtres chers disparus, sont autant de petites flammes qui continuent de réchauffer nos âmes !

    <script type=text/javascript src="http://www.schillmania.com/projects/snowstorm/snowstorm.js"></script>

    3 commentaires
  • Evidemment, quand on fait un sapin, pour peu qu'il y ait un curieux dans les parages…
    Une minute d'inattention... et...

    Image hébergée par servimg.com

    Image hébergée par servimg.com
    Image hébergée par servimg.com

    Forcément, c'est tentant !


    2 commentaires
  • Noël arrive doucement, et pour l'instant, on prépare le décor sous les yeux attentifs des hôtes du château, même s'ils n'ont pas voulu être photographiés cette fois-ci… mais… je n'ai pas dit mon dernier mot !

     

    Image hébergée par servimg.com

    Le sapin a pris place (et quelle place !) dans le salon de musique empreint de quiétude.

    Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

              

    Image hébergée par servimg.com
     

     

           

    Image hébergée par servimg.com


    votre commentaire
  • Apprendre n'est rien d'autre que se ressouvenir...

    Platon

    Bouquet de pivoines créé pour le grand salon baroque

    Il est des passions qui ne s'apprenent pas, elles sont là depuis toujours,

    elles font parties de vos nuits et vos jours !

          


    4 commentaires
  • Image hébergée par servimg.com

    Pour suivre l'évolution des travaux au château, cliquez l'image/dessin,

    pour l'instant 4 pièces sont réalisées,

     le grand salon baroquele salon de musiquele petit boudoirla cuisine

     

    Image hébergée par servimg.com
     
    Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com


     

    L'Allée des Brouillards est un château
    sur les hauteurs de Montmartre niché dans son écrin de verdure.

    J'ai entrepris de créer un château XVIIIè  qui porte ce nom
    parce que Montmartre est mon domaine !

     

    Image hébergée par servimg.com
     

     

    J'ai puisé mon inspiration  dans le très beau livre 

    « La Vie de Château » en mai 2004

     

     

    les premiers travaux ont commencé en Juillet 2006 

    en parallèle avec un autre IMMENSE projet dont je parlerai plus tard !

     

    Image hébergée par servimg.com

    Image hébergée par servimg.com

     

    Pour accéder aux Tutos persos, c'est par ICI


    4 commentaires
  • Bonjour et très belle année à toutes les personnes qui me font l'amitié de suivre mes travaux, et l'évolution de ce blog, au jour le jour.

    Depuis le début du mois d'août 2006 les travaux, au château, ont commencé par le salon baroque, suivi du salon de musique, puis par le boudoir, et dernièrement la cuisine, tout cela au rez-de-chaussée.

    C'est un réel plaisir de se consacrer à un tel « chantier », même si la fin n'est pas proche, d'autant que d'autres projets vont venir combler l'année 2007 qui s'annonce des plus chargée…

    Je vous en dirai beaucoup plus un peu plus tard. Pour l'heure, je vous renouvelle mes voeux de bonne année, et de douces pensées pour 2007 !

    ____________________________________________________________________________________

    VOS COMMENTAIRES :

    patatitosaur (le 11/02/2008 à 04h58) vraiment trop nice. J'ai hate d'en voir la suite!! je te donnerais une note spectaculaire mais si c'est pour devenir encore meilleur, ben la je ne sais vraiment plus quoi dire!!! je suppose que je vais devoir attendre avant de mettre ma note parce que je veuz pas mettre un 128% et réalisé apres un bout que ca en valait le double ou le tripple... :)

     
    ____________
     

     visiteur_Zaphia (le 01/01/2007 à 19h40) In first place I would like to say that I found your work superbe. You have losts of imagination, good taste and you do a fantastic work. I'm just starting this hobby and I'm about to begin my first doollshouse. I would like to thank you because you gave me lots of ideas but I am curious, where did you find the music room ceiling? Did you do it yourself or where did you buy it? I'm buying all my material online because where I live there's no miniatures shops but I've never seen a ceiling like that online. Thank you for helping and I hope you keep doing your great job and giving us help and ideas.
    Happy New Year


    votre commentaire
  • Après quelques jours (…nuits) de mise en œuvre de la première pièce du château français XVIIIème (l'Allée des Brouillards), voici un petit résumé de l'origine de ce projet.

    Un jour de mai 2004, je tombe littéralement sous le charme d'une photo dans un livre…

    Douceur de Vivre

    La Vie de Château
    (Société Nouvelle des Éditions du Chêne)

    C'est une chambre lambrisée, aux tons patinés, à l'ambiance douce, feutrée et évocatrice… La prise de vue est artistique, poétique, en un mot cette chambre est un rêve, mais plutôt que de longs discours, je vous laisse la contempler.

    ... Je me dis, alors : « je ferai, un jour, cette pièce en miniature... (bien sûr...!) », peut-être pas aux panneaux identiques, mais dans l'esprit et l'atmosphère, c'est un véritable but.… Bon ! Il faudra aussi que le soleil soit de la partie ! ;)

    Comme depuis cette période, je n'ai pas vraiment chômé :
    Une clinique vétérinaire ;
    5 préparations d'expositions (Paris Création, SIMP…) ;

    La maison/magasin d'une fleuriste ;
    Une bastide provençale ;
    ─ des cadeaux d'anniversaires à confectionner ;

    Une Broc'ange ;
    Une boutique/vitrine de miniatures...
    ─ (J'allais oublier, le relookage complet de mon salon taille réelle un petit aperçu ICI vu du côté
    « atelier » :). Pose de moulures, corniches, cimaises, peintures des murs et plafond, créations de placards dans les renfoncements de certains murs… relookages des meubles ;
    Idem pour la cuisine, peinture des murs, plafond, vaisselier, créations de placards… (je ne l'ai d'ailleurs toujours pas terminée, la pose des poutres au plafond attendra encore un peu !!!) ;
    ─ Idem pour la salle de bain ; un été 2004 bien chargé !

    ─ Eté 2005, relookage du magasin, peinture des murs, des meubles, (changement de déco à base de tissus toile de Jouy et rayures matelas).

    j'ai, donc, doucement patienté.

    Aujourd'hui, la mode du château bat son plein dans le domaine miniature probablement dans l'élan de la sortie d'un nouveau fascicule sur ce thème et un site et une vidéo qui laissent rêveur.

    Le luxe et le prestige de ces grandes demeures, sont, grace à la miniaturisation, à la portée de tous. C'est presque une manière de se sentir maîtres de ses rêves.

    Pour ma part, je vous invite à suivre l'évolution de mon château... et bientôt la suite et la fin du salon baroque.

    Cette pièce se prête à merveille à la préparation d'un mariage.

    ... Ensuite je me consacrerai aux réalisations d'un petit boudoir, d'une chambre (voir la photo ci-dessus), du hall d'entrée, de la cuisine, de la façade et de la  toiture d'une des ailes.

    À suivre…


    votre commentaire
  •  

    La belle saison est arrivée… et davantage de temps pour s'adonner aux loisirs en tous genres !

    En attendant de me consacrer plus longuement au château, quelques projets étant en liste d'attente depuis plusieurs mois, j'ai commencé par une boutique de maisons de poupées… déco…

    Les premiers travaux sont visibles ICI

      .


    votre commentaire
  • Voici une première ébauche de l'Allée des Brouillards, château français XVIIIème traditionnel, composé d'un corps central et de deux ailes.

    La porte d'entrée n'est pas tout à fait définie, et une terrasse et quelques marches viendront se mettre à niveau avec les portes-fenêtres du rez-de-chaussée sur toute la longueur de la façade.

    Le modèle qui m'a inspirée se trouve au sud de la Touraine, il est bien plus imposant que l'interprétation que j'en ai faite.

     

     

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique